Pas de Powerpoint pour vos supports

mercredi 19 novembre 2014, par ID

On a parfois l’impression que les logiciels de présentation, Powerpoint ou Impress, sont la « PAO du pauvre ». Un outil qui permet d’avoir des mises en forme compliquées avec plein d’images comme on veut sauf que, c’est pas fait pour ça.

Si vous vous contentez du diaporama comme support de cours (souvent imprimé) ou équivalent, vous faites un mauvais travail des deux côtés.

 Toutes les bonnes raisons de faire autrement

C’est un mauvais travail parce que vous rédigez votre présentation plus qu’elle ne le devrait et, du coup vous risquez d’en être prisonnier au point d’en rester à la lecture de chaque diapositive sans aller plus loin. Votre public peut lire, parfois plus vite que vous, intérêt : néant.

C’est un mauvais travail parce que vous vous limitez techniquement à ce qui peut figurer tel quel en version statique, ce qui est d’autant plus regrettable qu’une présentation est avant tout une mise en scène pour mieux asseoir votre discours (et oui !). Et d’ailleurs une petite animation kivabien au bon moment permet de réveiller l’auditoire.

C’est un mauvais travail enfin parce que les logiciels de présentation travaillent par objet. Il n’y a donc pas de continuité possible dans la rédaction puisqu’on travaille bloc par bloc… étanches. Déjà en soi cela pose un problème : découper en petites unités cohérentes un contenu susceptible d’être lu n’est pas toujours si évident.

Ensuite, alors que l’on peut ne pas rédiger le texte des diapositives quand on les présente, sur le papier ça rend moins bien (voire pas du tout).

Et enfin c’est se priver des formidables fonctionnalités des traitements de texte, car oui, c’est un scoop pour certains [1], un logiciel de traitement de texte n’est pas qu’une machine à écrire améliorée, loin de là [2]. Donc pas de sommaire, pas d’index, pas de tables des illustrations, impossible de transformer cela en fichier epub, d’en faire, en tout ou partie, un article pour un site ou encore de modifier facilement et rapidement le format et la mise en forme.

Bref c’est du travail de cochon, pas du travail de paresseux puisque la réutilisation éventuelle de tout cela demande beaucoup plus d’efforts que de faire le travail correctement au début.

Et en plus c’est idiot. Prenons par exemple un document structuré avec des titres, des listes et du texte, voire des images.

 Avec LibreOffice

Avec LibreOffice : ouvrir le document traitement de texte, aller dans Fichier/Envoye/Plan vers présentation

LibreOffice Writer
Plan vers présentation.

LibreOffice génère automatiquement un diaporama à partir de la structure, titres et listes, de votre document.

Il ne reste plus qu’à mettre en forme, par exemple en allant modifier le Masque ou en choisissant un arrière-plan dans Conception de diapos puis à rajouter les images et les animations et, éventuellement, modifier le texte, supprimer des diapos, en rajouter. Mais le contenu de base est fait.

 Avec Powerpoint

On fonctionne dans l’autre sens ! Il faut créer un nouveau fichier Powerpoint et insérer des Nouvelles diapositives à partir d’un plan.

Powerpoint
Dans Powerpoint, on insère une ou des diapositives à partir d’un plan.

Ensuite le travail reste le même.

Vous savez ce qui vous reste à faire pour la prochaine fois. Vous verrez vous perdrez moins de temps. Sinon, vous pouvez toujours faire appel à un service de coach numérique pour faire le travail ou vous expliquer en une ou deux heures comment procéder.

Elle est pas belle la vie ?


[1Oui même en 2014 !

[2Ça ne me paraît pas du tout idiot d’ailleurs d’enseigner à l’école leur utilisation plutôt que distribuer des tablettes ou d’apprendre à coder.