De Wordpress à Spip : un tutoriel, 2

Les grosses différences entre Wordpress et SPIP

jeudi 10 novembre 2016, par ID

Une conception des données différentes, normale, mais problématique et une gestion des médias et documents que je qualifierais volontiers de curieuse. Bien évidemment, puisqu’on passe sous SPIP, il n’est pas question du reste, à savoir la structure des pages html.

 Les données

Les données ne sont pas conçues de la même façon, ce qui n’est pas, en soi étonnant et ne serait pas problématique si. Et c’est le si qui risque de poser les plus gros problèmes.

La base de données de Wordpress, de mon point de vue, qui ne semble pas le seul, est un foutoir total. Par exemple, la table des articles contient aussi tous les médias et documents insérés ainsi que les révisions, ce qui fait que, pour un site avec un peu plus de deux-cent articles (donc en gros autant de numéros), vous vous retrouvez facilement avec près de quatre-mille lignes (et autant de numéros) dans la table « wp_posts ». Le statut des divers éléments de la table « wp_posts » figure dans la colonne « post_type » à ne pas confondre avec la colonne « post_status » qui est celle qui indique l’état de l’article : brouillon (draft) ou publié (publish) ; inherit étant pour les éléments de la table qui ne sont pas des articles à part entière [1].

S’il y a bien une table auteur séparée (users), en revanche, il n’y en a pas pour les articles et les auteurs (table « spip_auteurs_liens »). Les auteurs sont dans une colonne de la table « wp_posts ».

Quant aux commentaires (comments) ils répertorient à la fois les commentaires et les pings (liens) faits vers les articles.

Et donc, pour poursuivre dans cette logique absurde : les catégories et les mots-clés se retrouvent joyeusement dans la même table.

Personnellement, comme j’en ai profité pour revoir l’organisation du site et, comme je le signalais précédemment, j’avais très peu de commentaires et encore moins qui valaient la peine d’être sauvés, je n’ai pas cherché à récupérer commentaires, mots-clés et catégories du site. Mais, peut-être hormis pour les mots-clés, cela ne devrait pas poser de problèmes particuliers.

 Les médias et documents

Une autre grosse différence concerne le traitement des médias et documents. Par défaut, Wordpress les range dans des sous-dossiers du numéro du mois rangés dans celui du numéro de l’année. Pourquoi pas, bien que ça finisse par devenir lourd quand le site prend de la bouteille. Le problème c’est que, quand on ajoute un média, Wordpress en ajoute en fait plusieurs avec des tailles différentes ! Et ça, outre le fait que ça doit rapidement saturer un espace-disque quand on a peu de place chez son hébergeur, ça complique bien les choses.

Néanmoins, je suggère, si vous avez gardé la structure par défaut du dossier « wp_uploads » qui se trouve dans « wp_content » et dans lequel sont rangés tous les médias et documents, de garder cette structure dans un premier temps. Cela pourra être utile plus tard.


Voir aussi :


[1Daprès ce que je comprends en tous cas.