PaletteMaker pour générer des palettes pour LibreOffice

lundi 15 juillet 2019, par ID

PaletteMaker est une macro qui permet de générer automatique une palette de couleurs pour LibreOffice et de la ranger au bon endroit du profil. Elle facilite ainsi la gestion des couleurs, et permet également de partager les palettes ainsi créées, voire de générer également des palettes au format .gpl pour Gimp et Inkscape par exemple. Ce tutoriel explique comment utiliser la macro et comment faire des palettes aussi pour les logiciels de dessin.

Logo PaletteMakerLa macro, qui fera l’objet plus tard d’une extension, a été développée par Jean-François Nifenecker et est téléchargeable sur le site numericoach.net.

 Comment se présente-t-elle et que fait-elle ?

Il s’agit d’un classeur, à ouvrir dans Calc, donc, composé de quatre feuilles. La première, Palette, est celle que l’on utilise pour nos couleurs, la suivante, Manuel, est, comme nom l’indique, le mode d’emploi de PaletteMaker, les deux autres sont là pour permettre la traduction en d’autres langues.

Les feuilles sont protégées sans mot de passe, ce qui évite de faire des âneries, mais n’empêche pas les modifications au besoin en les déprotégeant.

Le classeur possède sa propre barre d’outils qui permet :

La barre d'outils de PaletteMaker

  1. ouvrir une palette ;
  2. créer un fichier de palette ;
  3. déplacer une ligne vers le bas ;
  4. déplacer une ligne vers le haut ;
  5. rafraîchir les échantillons de couleurs ;
  6. effacer le contenu de la feuille.

PaletteMaker existe pour l’instant en français et en anglais.

Il génère un fichier .soc qui peut être sauvegardé dans le profil de LibreOffice.

 Utilisation

Quand on ouvre le fichier, il faut appuyer sur le bouton Activer les macros pour pouvoir l’utiliser. Si la boite de dialogue n’apparait pas à l’ouverture du fichier, il faudra probablement régler la sécurité des macros dans le menu Outils > Option > Sécurité et le passer au niveau Moyen.

Pour créer une palette on peut, au choix, double-cliquer sur une cellule de la colonne C pour accéder à la fenêtre Choix d’une couleur de LibreOffice, saisir (ou copier-coller) le code hexadécimal de la couleur dans la colonne C sans taper le croisillon, ou encore copier-coller une série de codes hexadécimaux d’une autre source, sans le croisillon. Dans ce dernier cas, il faudra cliquer que le bouton de rafraichissement des échantillons de couleur pour voir les cellules se colorer. La colonne Échantillon est bien pratique pour vérifier la qualité de la saisie des données. Les commentaires sont facultatifs, mais utiles, par exemple dans le cadre d’une charte graphique.

Ajout de couleur
PaletteMaker précise sous quelle forme ajouter couleur à la palette.

Quand on a fini : cliquer sur le bouton Créer un fichier de palette. Il s’enregistre comme n’importe quel autre fichier. En prime, PaletteMaker vous demande si vous voulez l’enregistrer dans votre profil LibreOffice. Rien de bien compliqué, comme on peut le voir.

Copier vers le profil
Si on appuie sur oui, le profil sera automatiquement abondé de la nouvelle palette.

On peut ainsi partager ses palettes de couleur, en créer à partir de palettes récupérées sur internet, de chartes graphiques, etc. et s’en servir à diverses fins. En effet, PaletteMaker, donne les valeurs RVB ainsi que les valeurs CMJ et CMJN (pour les impressions papier). L’échantillon de couleur permet de vérifier qu’il n’y a pas d’erreur de saisie flagrante dans un code (un bleu qui, par une faute de frappe, devient jaune, exemple vécu).

Pour qu’une palette puisse être générée : il doit y avoir impérativement au moins une couleur avec son nom et son code hexadécimal. Il ne peut pas y avoir deux couleurs avec le même nom, ce n’est pas bloquant, mais les cellules avec des noms de couleurs passent en rouge.

 Création d’une palette .gpl

Plutôt que de tout ressaisir, on va ajouter une feuille au classeur, après la feuille Palette, par exemple. Elle doit impérativement comporter :

  • une première ligne GIMP Palette ;
  • une ligne vide ;
  • une ligne avec Name : et, dans la cellule suivante (optionnelle), le nom de la palette, ici j’ai indiqué =$Palette.C2, à savoir la valeur de la description de la palette ;
  • un signe # suivi éventuellement des indications RGB, Name et Number (ce trois dernières pour indiquer de quoi il s’agit).

Ensuite, dans trois colonnes différentes on va indiquer chercher les données de la feuille Palette. Il faudra utiliser la fonction Concatener pour ajouter le # devant les codes hexadécimaux, ce qui donne la formule suivant : =CONCAT("#";$Palette.C4), où $Palette.c4 est la référence de la cellule.

Copier-coller le résultat dans un éditeur de texte et l’enregistrer au format .gpl. Il ne reste ensuite qu’à glisser dans sous-dossiers palettes d’Insckape et de Gimp, voire dans les dossiers équivalents des autres applications susceptibles d’utiliser ce format de fichier de palette.

Générer une palette gpl
Copie des éléments de la feuille dans l’éditeur de texte.

 Pour aller plus loin

Télécharger PaletteMaker sur le site numericoach.net.

Tutoriel Les palettes de couleurs.

À toutes fins utiles, tutoriel Créer une palette de couleurs pour LibreOffice.

Palettes de couleurs pour les daltoniens, il faudra utiliser un outil comme l’extension Colorzilla pour Firefox ou encore KcolorChooser pour Linux par exemple.

How to Optimize Charts For Color Blind Readers Using Color Blind Friendly Palettes, cet article en anglais propose également un choix de combinaisons de couleur.

Accessible Brand Colors (en anglais) pour générer des palettes de couleurs accessibles.

Créer facilement une palette de couleurs accessibles, tutoriel pour la création de sites internet. Valable aussi pour à peu près tout ce qui nécessite de la couleur.


Pour compléter : Télécharger le fichier