Un tableau bien entouré

jeudi 19 juillet 2012, par ID

Utilisateurs des suites libresLibreOffice et OpenOffice, vous désirez avoir, dans le traitement de texte, des tableaux qui s’intègrent au texte comme vous pouviez le faire, si vous utilisiez Word auparavant :

Image écran Word avec un tableau
Word : le texte se répartit autour du tableau.

C’est possible avec les Writer des deux suites libres, et de la même façon (pour l’instant ?) au moyen d’une petite astuce.

 Création du tableau

  1. Commencer par créer le tableau, par exemple en allant sur le menu Insertion/Tableau, ou encore en passant par Tableau/Insertion, cela revient au même.
  2. Remplir le tableau ainsi créé, le mettre en forme. On pourra, certes, le retoucher par la suite, mais c’est plus simple et plus facile de le peaufiner maintenant.Jusque là rien de vraiment remarquable, l’astuce arrive ensuite.

 Astuce : insertion dans un bloc de texte

Aller dans le menu Insertion/Cadre, insérer donc un cadre, c’est-à-dire une zone de texte en fait. Copier-coller votre tableau dedans.Résultat [1] :

LibreOffice : tableau entouré de texte
Que voilà un tableau bien intégré !

Pas très compliqué et terriblement efficace. Et ça peut même être pris en compte dans une table des matières pour peu que :

  1. vous ajoutiez un nom à votre tableau, afficher les propriétés en cliquant dessus avec le bouton droit de la souris, choisir Tableau ;
  2. lors de l’insertion de la table des matières, on définisse l’Index à partir des Noms d’objets et non des Légendes.

Par contre, l’index ainsi généré ne tiendra pas compte des autres tableaux. C’est donc soit l’un soit l’autre.

 À noter

On peut glisser le cadre avec son tableau dans une marge si une charte graphique le requiert et insérer des champs de bases de données dans les cellules du tableau. Lesdits champs seront trouvés par le module de la base de données et pourront être remplis automatiquement : ça a été testé et vérifié sur un système qui utilise le texte au format ODT ou open document text.


[1J’aurais du reprendre le même faux-texte, mais bon