Pourquoi je ne peux pas faire avec un traitement de texte ce que je fais avec un éditeur de texte ?

lundi 19 mars 2012, par ID

En d’autres termes, quelles sont les différences entre les deux ?

À part le mot « texte » et le fait que les deux s’occupent de textes justement, il s’agit de logiciels qui ont des fonctions tout à fait différentes. Oui bien, sûr on peut écrire une lettre, un roman ou un rapport avec un éditeur de texte. On peut aussi taper du code avec un traitement de texte.

On peut...

 Traitement de texte : je sais, je sais (en fait souvent non, mais passons)

Un traitement de texte, généralement on connaît, enfin on sait ce que c’est. Ça permet de mettre du gras de l’italique, des caractères différents de toutes les tailles [1] et surtout, si on sait s’en servir, d’organiser le document ou de naviguer dedans. On peut rajouter d’autres éléments : des images, des tableaux, des liens.

 Ah non pas Wordpad

Un éditeur de texte, généralement on connaît plutôt moins, à part Wordpad qui est truc bâtard entre le traitement de texte dont il a quelques fonctions et un éditeur du texte pour ses capacités réduites en matière de mise en forme de texte.

Que les choses soient claires : on n’utilise pas, on n’utilise jamais Wordpad comme un éditeur de texte. [2]

 Ça sert à quoi un éditeur de texte ?

Si on ne peut pas faire du joli texte, à quoi ça sert d’avoir un éditeur de texte ? Tout simplement, c’est un outil indispensable pour travailler du code et, notamment, du html, du css ou du php qui sont indispensables dès lors qu’on se met un peu plus à travailler un site internet [3]

La première grande qualité d’un éditeur de texte est qu’il ne rajoute rien au texte et surtout pas de code caché comme les traitements de texte ou même comme le Bloc-notes de Windows. Le texte qu’on voit est rigoureusement tout ce qui compose le document sur lequel on travaille.

La deuxième grande qualité des éditeurs de texte, est leur capacité à traiter plusieurs langages (essayez donc d’ouvrir un fichier php avec votre traitement de texte favori). Les plus puissants d’entre eux y associent la « coloration syntaxique » et quelques autres fonctions qui permettent de mieux se repérer dans le code et d’en vérifier la qualité.

 La coloration syntaxique ?

La coloration syntaxique c’est ça :

Notepad++ : données sur le contenu de la fenêtre
Couleurs, numéros et - pour se repérer.

On peut ainsi différencier visuellement les différents type de texte, ici le commentaire, en vert, qui permet de donner des informations sur le code sans qu’elles impactent en quoique ce soit son comportement [4], les balises et leur définitions. Cela permet de limiter les erreurs dans un texte qu’il n’est pas facile de relire.

À noter également, à gauche, on a, dans la colonne grisée le numéro de la ligne. C’est très pratique quand on a une erreur et que l’on connaît la ligne fautive, il suffit d’aller dessus (ensuite, la correction est une autre paire de manches mais passons).

Ces fonctions de coloration permettent également de vérifier, quand on clique, comme ici, sur une accolade ouvrante de vérifier si elle est fermée. Ce qui est le cas ci-dessous :

Notepad++ : vue de code CSS
Les accolades sont ouvertes et fermées et rouges.

Si elle ne l’est pas, non seulement la couleur de l’accolade change, mais, plus gênant, on n’obtient pas le résultat escompté :

Notepad++ : accolade célibataire
Sans sa complémentaire, l’accolade fait grise mine.

 Pourquoi on n’utilise pas les traitements de texte, Wordpad ou le Bloc-notes de Windows ?

Ils rajoutent tous des éléments invisibles, et oui, même le Bloc-notes de Windows, que l’on ne peut pas nettoyer et qui, au mieux mettent la pagaille dans les résultats que l’on veut obtenir (ah ! Les copier-coller de texte Word vers les commentaires de tel ou tel site...), mais, le plus généralement, rendent le code nul et donc inopérant. C’est d’ailleurs pour cela que certains CMS ont une fonction « copier-coller à partir de Word ». Ça permet de faire le ménage dans les balises de mise en forme rajoutées par ledit traitement de texte.

 Ça se trouve où et ça coûte combien ?

Bonne nouvelle, ça ne se trouve pas sous le pied d’un cheval, c’est donc facile à trouver. Autre bonne nouvelle, bon nombre d’éditeurs de texte, même puissants sont dans le domaine du logiciel libre et accessibles gratuitement.

Personnellement, j’utilise Notepad++ qui existe aussi version portable (donc utilisable à partir de n’importe clé ou disque dur usb) et est en français. Il en existe d’autres, assez peu pour Macintosh d’ailleurs. Honnêtement, je ne sais pas si c’est le meilleur. Mais, encore faudrait-il définir ce qu’est un « meilleur éditeur de texte ». Je crois bien que je m’en fiche, ainsi que la plupart des utilisateurs.

Amusez-vous bien !


[1Ne le faites surtout pas dans un seul et même texte.

[2On n’utilise pas non plus le Bloc-notes de Windows, d’ailleurs.

[3Ou un blog, mais, en fait, c’est pareil.

[4Ça ne s’affiche pas sur un site, ça n’a pas d’incidence sur une base de données, ça ne produit pas d’effet dans un script...