Tricot et sorcellerie, oui on parle bien d’informatique

mercredi 17 août 2011, par ID

 Le droit à l’erreur

L’informatique, c’est comme le tricot... enfin un peu. On a le droit à l’erreur, il suffit d’un Ctrl+Z (ou Option+Z, c’est selon) pour revenir en arrière et annuler la bêtise qu’on vient de faire, dans certaines limites évidemment. Au tricot, c’est pareil, il suffit de détricoter les mailles ou rangs fautifs et hop on peut continuer, dans certaines limites, évidemment. Parce que détricoter un ouvrage en mohair ça revient à peu près à vouloir annuler les bêtises faites sur un fichier enregistré et fermé.Soit dit en passant, il est très nettement conseillé, quand vous travaillez sur un site à partir d’un modèle (template, squelette...) de sauvegarder au préalable la version originale de façon à pouvoir y revenir pour comparer ou récupérer les fichiers si, vraiment, vous avez un peu trop forcé sur les modifications [1].

 Le nom des choses et des fichiers

L’informatique, c’est comme la sorcellerie, enfin à peu près [2]. Notez que mes connaissances de la sorcellerie se limitent à la lecture de Fantasy, Swords & Sorcery et autres Heroic Fantasy et à l’écoute d’Une nuit sur le mont Chauve de Modeste Moussorgski [3]. Toujours est-il que, dans ce type d’ouvrages, on insiste assez souvent sur le nom des choses et des êtres. Leur connaissance assurerait un pouvoir sur elles, ce qui rejoint, soit dit en passant ce que je pensais être un adage connu, mais dont je ne retrouve pas de trace, à savoir : « pour connaître une chose il faut savoir la nommer ».

Bref, en informatique, le nom des fichiers et des dossiers est très important, voire primordial. Pas tant parce que ça permet de les retrouver plus facilement, mais surtout parce qu’ils sont parfois impératifs. Notamment, quand on travaille à la conception d’un site. Dans Spip, par exemple, tous les fichiers de votre squelette (c’est-à-dire la structure et la mise en forme de votre site) doivent être dans un dossier appelé squelettes (ce qui est pratique) et les divers éléments rangés dans des dossiers bien définis : styles pour les css, inc pour les éléments inclus dans les pages html de votre site, la page d’accueil doit s’appeler sommaire.html, etc.

En ce qui concerne Wordpress, tous vos éléments personnalisés sont dans le dossier wp-content ou le CMS sait où les trouver...Mais le nom des fichiers est aussi très important quand on personnalise le template récupéré ici ou là, tout simplement en vertu du principe qu’un fichier est unique (même nom, même extension) là où il est rangé. Il suffit donc, de remplacer les images d’origine par les vôtres : même nom, même extension, même taille, et le tour est joué sans qu’il soit nécessaire de jeter même un coup d’œil dans le code. Et ça, c’est quand même terrible.


[1Avec le tricot, c’est moins simple, en fait

[2Euh non, je ne parle pas des pratiques magiques de base consistant à redémarrer la machine en cas de pépin.

[3J’ai bien conscience que, de fait, ma culture en matière de sorcellerie est partielle, voire partiale, mais peu importe.