Orwell en a cauchemardé, Valls le fait !

mardi 14 avril 2015, par ID

Sous-Surveillance.frNon à la surveillance de masse !

Il y a trois mois, rappelez-vous, des millions de personnes défilaient dans les rues, de nombreux chef d’état [1] défilaient dans les rues de Paris au nom de… la liberté, d’expression notamment.

 Une loi discutée en urgence

Depuis hier, et en urgence (!?!) se « discute » à l’Assemblée une loi discutable fort mal appelée du renseignement et qui est plutôt une loi généralisée de la surveillance des personnes donnant aux pouvoirs policiers et au gouvernement des prérogatives exorbitantes en contournant la justice. Même si le gouvernement, dans sa grande bonté, condescend, après une première discussion à accorder un régime spécial aux magistrats, parlementaires (tiens donc !), avocats et journalistes, sous condition, le menu fretin des autres citoyens de la république française [2] : restant espionnable et surveillable à merci, y compris ceux qui sont professionnellement soumis au secret professionnel, ce qui revient à introduire un loup dans le cabinet médical.

 On n’a rien à cacher...

Évidemment, on n’a rien à cacher donc on ne craint rien sauf que… amoureux de Guillaume Apollinaire, vous téléchargez, en toute légalité, l’ensemble de ses œuvres disponibles en version électronique pour les lire tranquillement sur votre liseuse. Dans le lot vous récupérez donc aussi bien Alcools que par exemple Les Onze mille verges où figurent notamment des scènes de pédophilie et de sadisme. Comme vous avez aussi, lié à vos lectures des romans policiers de Jean-François Parot, téléchargé de façon tout aussi licite et par curiosité, les œuvres de Restif de la Bretonne, l’un des personnages cité par l’auteur des Enquêtes de Nicolas Le Floch, où il y a aussi des scènes de pédophilie et d’inceste et qu’enfin vous avez, pour le plaisir des mots, téléchargé The Ballad of Reading Gaol d’Oscar Wilde, votre compte est bon. Vous voilà fiché, espionné, surveillé et taxé de pédophilie. Pas plus compliqué que ça. Pensons que le poète Pouchkine a été suivi toute sa vie, et même post-mortem, par la censure du Tsar, que toute sa vie, et même après, il a dû rendre des comptes et faire pardonner des écrits de jeunesse « libéraux ».

Je viens aussi d’achever la biographie de Pouchkine par Henri Troyat, c’est-à-dire vaguement révolutionnaires. Ce que nous prépare cette loi c’est cela : une surveillance constante.

 Histoire et actualité politique

N’oublions pas les enseignements de l’histoire ni le fait que montent en puissance des opinions politiques qui, dans le passé, ont largement démontré que leurs détenteurs n’étaient pas du tout en faveur du respect de la devise Liberté, Égalité, Fraternité ni qu’ils pensaient que « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits », première phrase de l’article premier de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 qui est annexée à la Constitution française.

 Pour aller plus loin :


[1Dont certains peu recommandables !

[2Devise Liberté, Égalité, Fraternité.