Des cadres et des zones de texte dans Writer

jeudi 6 mai 2021, par ID

Cadre ou zone de texte ? Deux fonctionnalités totalement différentes.

Il y a deux notions qui peuvent prêter à confusion dans LibreOffice, les zones de texte, d’un intérêt extrêmement limité et qu’il est préférable d’éviter sauf exception, et les cadres que l’on peut mettre en forme et placer avec des styles. Après ce tutoriel, vous saurez comment les utiliser. On insère les deux via le menu Insertion.

Les zones de texte

Ce sont des objets de dessin, pas du texte, même si visuellement, évidemment cela y ressemble. Cela signifie que les dispositifs d’assistance peuvent ne pas lire le contenu, ce qui, déjà, en soi, est ennuyeux.

Intérêts et limites

Leurs limites :

  • on ne peut pas leur appliquer de style ;
  • le texte de ces zones ne peut pas être mis en forme à l’aide de styles ;
  • on ne peut pas y ajouter de champ (numéro de page par exemple) ;
  • le correcteur grammatical et orthographique ne les « voit » pas ;
  • elles ne sont pas prises en compte dans les tables des matières et les index ;
  • on ne peut pas les chaîner les unes aux autres.

Leur intérêt :

  • elles peuvent pivoter ;
  • elles peuvent avoir des formes diverses, toutefois, le texte ne les épouse pas.

On les utilisera uniquement pour du texte-image à des fins décoratives, pour estampiller un texte par exemple.

Illustration avec des zones de texte : opter plutôt pour Draw

Si l’idée est de faire une illustration avec des zones de texte, une solution plus efficace, compte-tenu du fait que LibreOffice dispose d’un module de dessin, Draw, consiste à travailler dans Draw, qui offre plus de capacités dessin et surtout, on n’aura ainsi qu’à gérer le placement d’un seul objet. Selon les formes et leur traitement, on pourra faire un copier-coller de l’illustration, en ayant groupé les formes au préalable, de Draw vers Writer ou, mieux, l’exporter au format svg.

Dans le premier cas, les formes, notamment les bulles sont susceptibles d’être mal collées, mais on peut les modifier, notamment le texte. Mais cela se manipule comme un seul objet si on ne les dissocie pas. Inconvénient, on ne pourra pas lui appliquer un style.

Dans le deuxième cas, le rendu va dépendre du format choisi autant que du travail sur les formes et de l’image originale. Le format d’export svg est celui qui rendra le mieux souvent. L’intérêt est qu’on peut utiliser les styles pour le placement et la mise en forme, notamment si on décide d’ajouter une bordure aux illustrations par exemple.

Dans les deux cas, on a un fichier odg à part que l’on peut modifier et réutiliser.

Les cadres

Les cadres sont en fait des fonctions de PAO très puissantes et faits pour traiter du texte. Quand on sélectionne tout le texte du document, on en sélectionne aussi le contenu.

Intérêts et limites

Leurs intérêts :

  • c’est vraiment du texte, lisible donc des dispositifs d’assistance ;
  • on peut mettre en forme le contenu avec des styles, mieux, on peut paramétrer la mise en forme du cadre lui-même, placement et arrière-plan et bordures ;
  • le texte peut avoir diverses orientations, horizontales et verticales ;
  • un cadre peut avoir plus d’une colonne ;
  • on peut créer des modèles avec des styles de cadre qui sont autant de propositions de mise en forme et il suffit alors d’insérer un cadre, de cliquer, dans le Volet latéral sur le style que l’on veut, et le cadre se met en place et en forme automatiquement ;
  • on peut lier (chaîner) les cadres pour que le texte de l’un se poursuive automatiquement dans l’autre ;
  • le contenu est pris en compte dans les tables des matières et les index ;
  • il est possible d’avoir une table des cadres ;
  • il y a différents types de cadres.

Leurs limites :

  • on ne peut pas les faire pivoter ;
  • le fond des cadres, s’il a été paramétré avant que l’on ne lui applique un style, ne suit pas les paramètres du style.

Les différents types de cadre

Les trois types de cadre et une zone de texte
En un, le cadre insérer interactivement ne se différencie pas du cadre « normal » en 2 alors que le cadre flottant, en 3, affiche des barres de défilement. La zone de texte, en 4, a une police qui n’est pas celle du style par défaut.
id2021
Dans le navigateur
On voit bien dans le navigateur que le cadre flottant en ③, n’est pas de même nature que les deux autres cadres, ① et ②. La zone de texte, ④, est rangé dans les Objets de de dessin.
id2021

Dans les dernières versions de Writer on dispose de trois types de cadres : cadre, cadre interactif (Encadrer interactivement) et cadre flottant. Chacun a ses spécificités.

Les cadres : on les dessine et, ensuite, on saisit le texte dedans. Ils sont « en dehors » du texte du reste du document. Ces cadres peuvent être chainés, mais ne sont pas pris en compte quand on veut envoyer le Plan vers la présentation, en revanche, on peut générer des Autosynthèses qui, elles, peuvent être envoyées vers une présentation.

Les cadres « interactifs » : on saisit le texte, on le sélectionne, on actionne la commande Encadrer interactivement (Insertion > Cadre) et on dessine le cadre autour de la sélection.

Les cadres flottants : très différents des autres cadres, il s’agit, en fait d’une fonctionnalité permettant d’ajouter un fichier externe dans un cadre, c’est la même fonctionnalité que l’insertion d’un Objet Ole, d’ailleurs, dans le navigateur, on les trouve dans les Objets.

Pour tester en vrai

Ces deux modèles


Pour compléter : Panneau vert et jaune : modèle à télécharger